ARGUMENTS CONCERNANT LA SANTÉ, PROPRIÉTÉS PARTICULIÈRES ET INFORMATIONS

ARGUMENTS

CONCERNANT LA SANTÉ

Reward and Certificate from National Kapodistrian University of Athens
Reward and Cerificate of November Harvest
Reward and Cerificate of December Harvest

Les nombreuses propriétés organoleptiques et chimiques de l’huile d’olive sont considérablement influencées par le climat de la région. Nos oliveraies sont situées sur un territoire très ensoleillé et par conséquent la présence des éléments aromatiques est importante. Ceci contribue à l’excellente qualité de l’huile ELAIOPHYSIS . La composition des sols est un autre élément affectant ses caractéristiques organoleptiques

Il faut noter que notre huile d’olive est produite dans la région du palais antique de Nestor et ce lieu fut sélectionné comme un lieu de production d’huile d’olive depuis l’Antiquité.

Les phénols totaux, en combinaison avec la présence de l’oleuropéine, l’oleacine et l’oléocantal, venant du fruit de l’olivier, enrichissent l’huile d’olive ELAIOPHYSIS et la rendent bénéfique pour la santé. L’amertume ressentie qui caractérise cette variété est due à l’oleuropéine; or, souvent, elle est interprétée comme acidité de l’huile d’olive ce qui est inexact.

Le goût « amère » de l’huile d’olive est dû à la présence de l’oleuropéine. (Kyritsakis 2007)

Suit un article relatif en la matière, publié au quotidien « Kathimerini »

Une étude menée sur le territoire américain donne l’avantage à l’huile d’olive grecque – en l’occurrence à la variété koroneiki pour ses propriétés thérapeutiques. L’étude clinique à laquelle ont participé neuf hommes en pleine santé, fut menée au Département de Nutrition de l’Université Davis en Californie et au Centre de Recherche Alimentaire du Ministère de l’Agriculture en Californie.
Les huiles d’olive extra vierges contiennent un large spectre d’ingrédients naturels qui diffèrent en fonction de la variété. Ces composés chimiques présentent des propriétés antiodydantes et anti-inflammatoires qui peuvent nous protéger d’un arrêt cardiaque ou un accident vasculaire cérébral. Un de ces composés chimiques, l’oléocantal, est un inhibiteur enzymatique comme l’aspirine ou l’ibuprofène, ainsi que d’autres médicaments anti-inflammatoires. Les scientifiques considéraient l’oléocantal comme un composé anti-inflammatoire naturel suite à des démonstrations in vitro. Par contre, par cette étude menée sur des humains pour la première fois, la recherche scientifique fait un pas en avant.

Pour l’expérience, trois huiles d’olives ont été choisies, différentes quant aux phénols totaux et les substances actives de l’oléocantal et de l’oleacine. Il s’agissait d’une huile d’olive de variété koroneiki, AOC de Kalamata, une autre de variété Arbequina à une teneur élevée en oleacine, et une huile témoin qui était extra vierge et qui avait une teneur équivalente en phénols totaux, mais avec zéro teneur en oléocantal et oleacine. «Avant de commencer le test des trois cuillerées (40 ml) de chaque huile d’olive à une distance d’une semaine, les neufs volontaires ont subi une prise de sang», décrit le Prof. Ass. Du Département de Pharmacognosie de lUniversité dAthènes, Prokopios MAGIATIS. «Deux heures après l’absorption des huiles d’olive nous faisions l’évaluation de leur impact sur le fonctionnement des plaquettes», il explique, et il reprend que «les huiles qui sont riches en oléocantal et oleacine sont démontrées comme étant des inhibiteurs importants de l’agrégation des plaquettes responsables pour les thromboses, contrairement à l’huile d’olive qui avait une teneur équivalente en phénols totaux». À partir des neuf personnes, quatre ont eu une forte réponse deux heures plus tard, pareille à une dose médicale d’ibuprofène. En comparaison, on a eu les meilleurs résultats suite à l’absorption de l’huile extra vierge grecque. «De nouveaux outils, tels que la méthode NMR ou l’Aristoleo, inventées par notre Université, peuvent mesurer la teneur de l’huile en oléocantal et oleacine avec précision » a mentionné Eleni MELLIOU, responsable pour la collaboration entre l’Université Nationale et Kapodistrienne d’Athènes et le Centre Olive de l’Université de Californie.